Noir Désir sur sudouest.com
Noir Désir sur sudouest.com
  Accueil / Spécial Noir Désir / 21.07.01
NÎMES (JUILLET 2001)
Noir Désir triomphe dans l'arène
Jeudi 19 juillet, le quatuor bordelais à l'affiche du festival avec Ben Harper, Muse et PJ Harvey a renoué avec la scène, devant 12 500 spectateurs. Nouvel album le 11 septembre

Par : Stéphane C. JONATHAN envoyé spécial

Noir Désir
Bertrand Cantat et Noir Désir ont reçu à Nîmes l'ovation d'un public avide de retrouvailles
Jérôme Rey, « la Provence »

« Prendre la scène... Comme elle vient, encore et encore » : jeudi soir, Noir Désir a triomphé dans les arènes nîmoises, où il clôturait l'affiche du second soir du festival. Le public nîmois, venu massivement applaudir ses « sombres héros », s'est entiché du power trio anglais Muse. Mais n'a réservé à la classieuse PJ Harvey qu'un accueil poli, un peu distancié. Ostentatoirement affamé de ces retrouvailles avec le groupe bordelais, la foule a offert à Noir Désir, dès les premières notes, une ovation à faire trembler les pierres des arènes gallo-romaines.
Ainsi ont débuté les quatre-vingt-dix minutes d'un récital ouvert sur les plus anciennes compositions du groupe (« Si rien ne bouge », « Pyromane »...), balancées à vif après une longue introduction en forme d'impro aux accents orientaux. Noir Désir déroule son set en puisant largement dans ses classiques, enchaînant « Danse sur le feu, Maria », « la Chaleur », « Marlène » (repris en choeur par les 12 500 spectateurs transis)... « Le Fleuve » et « One Trip, One Noise » qui s'habillent d'oripeaux hypnotiques tressés par la guitare incisive de Serge Teyssot-Gay et l'indomptable saxophone du jazzman hongrois Akosh.
Sans trahir les particularismes qui forgent son identité visuelle (les lights exclusivement blancs et rouges, les sauts nerveux du guitariste) et sonore (le mariage de vocaux abrasifs et d'envolées presque « croonées » de Bertrand Cantat, la frappe assommante de Denis Barthe, la souplesse des basses de Jean-Paul Roy), Noir Désir habille les meilleurs moments de son répertoire d'arrangements nouveaux : l'hymne « Tostaky » y gagne encore en énergie; le tubesque « Homme pressé », en efficacité; « A l'arrière des taxis », en rage incandescente.

« LE VENT L'EMPORTERA »
Parmi ce florilège d'anciens morceaux, tous guettaient les nouvelles chansons des hommes en noir : trois étaient inscrites au menu du concert nîmois; le groupe n'en jouera que deux : « Son style », d'abord, rengaine électrique au roulement classique, ponctuée d'un astucieux gimmick vocal. Puis (et surtout) « Le vent l'emportera », interprété en formation intégralement acoustique : syncope ska-latino, ligne de guitare virevoltante, chant posé pour ritournelle pop... Ce qui sera le prochain single (lire ci-après) renferme tous les atouts accrocheurs du tube en puissance. Avec une légèreté feinte, voisine de celle qui a offert à Manu Chao l'escabeau pour décrocher la lune.
Depuis l'éreintante tournée de 1997, on n'avait guère eu l'occasion de croiser les Noir Désir sur scène. Au cours des douze derniers mois, le groupe, prioritairement concentré sur l'écriture de son prochain album, n'avait donné qu'une poignée de concerts, le plus souvent en connexion directe avec ses engagements profonds : à Millau, lors du rassemblement de soutien à José Bové; au festival Un autre futur, patronné par la Confédération nationale des travailleurs (CNT), ou en soutien au GISTI (Groupement d'information et de soutien aux travailleurs immigrés), lors du 10e anniversaire du Krakatoa de Mérignac.
Cet été, Noir Désir a donc repris la scène... « comme elle vient », pour sillonner la route des festivals : le coup d'envoi a été donné sous une pluie battante, le 14 juillet, à Thonon-les-Bains, en Savoie, avec Virago. Le lendemain, à Vienne, le groupe précédait Higelin. Et dès la fin du concert de Nîmes, dans la nuit de jeudi à vendredi, les Bordelais regagnaient la Bretagne en tour-bus : hier soir, à Carhaix, au Festival des vieilles charrues, Bertrand Cantat devait se joindre au récital du chanteur breton Denez Prigent. Et ce soir, Noir Désir y jouera en tête d'affiche, après Mickey 3D.
Suivront une date à Fourvières (Rhône) et un mini-concert pour les détenus de la prison de Lyon. Enfin, début août, le groupe s'envolera pour Budapest et son festival international, qui le fera tutoyer Run DMC et Eagle Eye Cherry.
Cinq p'tits tours et puis s'en vont : aucune tournée n'est programmée dans la foulée des escapades en festivals. Malgré la parution imminente du sixième album studio.

SEPTEMBRE EN ATTENDANT
C'est le 11 septembre que sortira « Des visages, des figures », le nouvel album de Noir Désir (1), aboutissement de dix-huit mois de répétitions et d'enregistrements sur trois continents.
En janvier 2000, le groupe a passé près d'un mois au Maroc, où il a craché les premiers jets d'écriture de son nouveau répertoire. Dans la foulée, Noir Désir a travaillé pendant près de deux mois à Monteton, en Lot-et-Garonne. A l'automne dernier, le producteur Jean Lamoot (Bashung, Daho, Thiéfaine...) les accompagnait au Studio Recall de Pompignan, près de Nîmes. Là, Bertrand, Denis, Serge et Jean- Paul ont mis six titres en boîte, dont une improvisation de vingt-deux minutes, « l'Europe », enregistrée avec Brigitte Fontaine.
Début 2001, à Paris, Noir Désir retrouvait Brigitte Fontaine pour une chanson (« Baby Boom-Boom ») à paraître sur le prochain disque de la chanteuse. Lors de ces sessions parisiennes, Manu Chao qui bouclait « Proxima Estacion : Esperanza » dans le studio mitoyen a enregistré une partie de guitare sur « Le vent l'emportera », le prochain single de Noir Désir, déjà en rotation sur certaines radios.
Enfin, au printemps, les Bordelais s'envolaient pour New York pour un mois et demi de prises et de mixes avec Nick Sansano, remarqué pour son travail passé avec Public Enemy, Jon Spencer Blues Explosion, Zebda et IAM. Le mixage final de l'album a été bouclé à Léon, dans les Landes, ces tout derniers jours : les musiciens ont pu écouter leur album masterisé pour la première fois jeudi, juste avant de monter sur la scène des arènes de Nîmes.
(1) Barclay/Universal Music.
 
 
Noir Désir sur SudOuest.com