<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd"> <html xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml"> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=unicode" /> <title>Document sans titre</title> </head> <body leftmargin="0" topmargin="0" marginwidth="0" marginheight="0"> <table width="760" border="0" align="center" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tr> <td width="100" align="left" valign="top" bgcolor="#6699CC"><img src="sudouest-left.gif" alt="Noir D&eacute;sir sur sudouest.com" width="100" height="1115" /></td> <td width="560" align="left" valign="top"><table border="0" cellspacing="0" cellpadding="0"> <tr> <td><img src="sudouest-top.gif" alt="Noir D&eacute;sir sur sudouest.com" width="560" height="182" /></td> </tr> <tr> <td width="560" height="25" bgcolor="#9bbcdd"><font face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif" size="2"><b><i> &nbsp;<font color="#ffffff">&nbsp;Accueil / Sp&eacute;cial Noir D&eacute;sir <!-- --> / 10.09.01 <!-- --> </font></i></b></font></td> </tr> <tr> <td><table width="510" border="0" align="center" cellpadding="5" cellspacing="0"> <tbody> <tr align="left"> <td valign="top"><!-- --> <!-- --> <table align="right" bgcolor="#9bbcdd" border="0" cellpadding="5" cellspacing="0"> </table> <!-- --> <!-- --> <!-- --> <?xml version="1.0" encoding="unicode"?> <font color="#859b99" face="arial" size="2"><b>GRAND ORAL (AVRIL 1999)</b></font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="5"> <G>Cantat, un homme sinc&egrave;re</G> </font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2"><b><i>Le chanteur de Noir D&eacute;sir passait hier son grand oral devant les &eacute;tudiants de Sciences Po Bordeaux. Entre l'&eacute;vocation de la d&eacute;marche artistique et celle de l'engagement citoyen s'est dessin&eacute; le portrait d'un anar versant humaniste habit&eacute; par le doute</i></b></font><br dummy="" /> <br clear="all" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">Par : JEAN-DENIS RENARD</font><br dummy="" /> <br dummy="" /> <table align="right" width="260"> <tbody> <tr> <td align="right"><img src="cantatgratte.jpg" alt="image1" width="250" height="161" border="0" align="left" /><br clear="all" /> <br dummy="" /></td> </tr> </tbody> </table> <font color="#000000" face="arial" size="2">Inviter la t&ecirc;te de proue de Noir D&eacute;sir &agrave; se livrer deux heures durant devant un parterre d'&eacute;tudiants, c'est automatiquement faire salle comble. &Agrave; l'instar de son groupe lors de sa derni&egrave;re tourn&eacute;e fran&ccedil;aise, c'est donc &laquo; &agrave; guichets ferm&eacute;s &raquo; que Bertrand Cantat s'est produit hier dans l'amphi Montesquieu de l'Institut d'&eacute;tudes politiques de Bordeaux. La guitare au vestiaire et le pharynx au repos, il s'agissait pour le plus charismatique d&eacute;positaire du rock fran&ccedil;ais de passer son &laquo; grand oral &raquo; IEP/&laquo; Sud-Ouest &raquo;. Avec un fil rouge tout au long de l'&eacute;preuve : &laquo; musique et citoyennet&eacute; &raquo;, un alliage fondu au feu de l'actualit&eacute; puisque Bertrand Cantat sortait d'un concert de soutien au Gisti (&sup1;) qui se tenait la veille &agrave; Paris. </font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">De l'engagement politique, il en fut largement question. Parce que les Noir D&eacute;sir se proclament plut&ocirc;t citoyens du monde que r&eacute;sidants bordelais. Parce que, dans la veine d'un &eacute;galitarisme qui pr&eacute;tend tenir du mode de vie, Bertrand Cantat et ses acolytes ne supportent pas les intol&eacute;rances et que ce prurit les entra&icirc;ne dans une lutte vigoureuse contre le (ou les) Front national et pour le respect d&ucirc; aux &eacute;trangers en g&eacute;n&eacute;ral et aux sans-papiers en particulier. Un credo de longue date qui est apparu de fa&ccedil;on &laquo; beaucoup plus explicite &raquo; dans &laquo; Un jour en France &raquo;, un des titres-phares du dernier album en date. </font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">Sans barguigner, Cantat a reconnu les limites citoyennes d'une telle action. Parce que l'artiste ne pourra jamais &ecirc;tre s&ucirc;r d'&ecirc;tre bien compris et accept&eacute; dans sa dimension militante. Parce que, tr&egrave;s modestement, les Noir D&eacute;sir ne se posent ni en &laquo; professeurs &raquo; ni en &laquo; directeurs de conscience &raquo;. &laquo; Bourdieu ? ! Je n'ai pas le niveau ! &raquo;, s'est exclam&eacute; le bougre quand on l'a cuisin&eacute; sur ses connections avec les intellectuels de gauche. Pourrait-il montrer le chemin qu'il ne le voudrait pas forc&eacute;ment, &laquo; l'homme press&eacute; &raquo;. Quand on est &laquo; habit&eacute; par la religion du doute &raquo;, on se dispense de guider le monde vers une hypoth&eacute;tique lumi&egrave;re. Certes Cantat se d&eacute;clare tout de go anarchiste, mais il penche parfois pour le vote (une fois sur deux si on l'a bien compris). Une fois assum&eacute; ce dilemme -&laquo; ce truc qui m'emmerde &raquo;- il lui faut bien d&eacute;fendre les fondamentaux de la d&eacute;mocratie. Une soci&eacute;t&eacute; &laquo; sans plus d'Assembl&eacute;e du tout &raquo;, ce sera pour plus tard...</font><br dummy="" /> <br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2"><b><i>LA LIBERT&Eacute;</i></b></font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">Ce Cantat p&eacute;tri des contradictions d'un honn&ecirc;te homme -celles d'un chanteur pr&ecirc;t &agrave; jouer &agrave; Belgrade contre les frappes de l'OTAN mais avec un tee-shirt &laquo; fuck Milosevic &raquo;- on l'a retrouv&eacute; dans les contours d'une d&eacute;marche artistique polaris&eacute;e sur la libert&eacute; de cr&eacute;ation.</font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">Oui, Noir D&eacute;sir est bel et bien ce maillon de la cha&icirc;ne &agrave; produire des dividendes pour actionnaires de multinationale (en l'occurrence Universal, que Cantat s'est attach&eacute; &agrave; prononcer en d&eacute;tachant la derni&egrave;re syllabe). Mais il est un maillon qui exp&eacute;rimente une troisi&egrave;me voie entre l'alternative radicale promise au casse-gueule et le bizness pur et dur. Un chemin &eacute;troit qui garantit la diffusion de l'oeuvre en pr&eacute;servant l'artiste de la servilit&eacute;, une sph&egrave;re d'ind&eacute;pendance au sein d'une industrie du disque &eacute;cras&eacute;e par la recherche du profit.. L'invit&eacute; a d&eacute;crit &agrave; titre d'exemple le fonctionnement du studio de B&egrave;gles qui, financ&eacute; sur les revenus du groupe, aide &agrave; l'&eacute;panouissement de musiciens bordelais plut&ocirc;t d&eacute;sargent&eacute;s.</font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">&Eacute;maill&eacute; d'&eacute;clats de rire, piquet&eacute; de traits d'esprit bien balanc&eacute;s entre deux acc&egrave;s de timidit&eacute;, le propos ne s'est pas limit&eacute; au portrait politique d'un artiste hors-norme. Bertrand Cantat est aussi une vedette surexpos&eacute;e qui se d&eacute;fend bec et ongles contre les agressions du monde ext&eacute;rieur. Contre la t&eacute;l&eacute; et l'image, qui contient en germes &laquo; l'absolu &eacute;parpillement de la pens&eacute;e &raquo; -d'o&ugrave; les r&eacute;ticences maladives entretenues vis-&agrave;-vis de la photo- contre la presse consid&eacute;r&eacute;e avec m&eacute;fiance sinon d&eacute;fiance, contre l'&eacute;tiquette contestataire qui colle au groupe &agrave; tout bout de champ. &laquo; On parle aussi d'amour &raquo;, a l&acirc;ch&eacute; Cantat. Finalement, il ne parle presque que de cela.</font><br dummy="" /> <font color="#000000" face="arial" size="2">(&sup1;) Groupe d'information et de soutien aux travailleurs immigr&eacute;s</font></td> </tr> <!-- --> <!-- --> </tbody> </table></td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> </tr> </table></td> <td width="100" align="left" valign="top" bgcolor="#E6C494"><img src="sudouest-right.gif" alt="Noir D&eacute;sir sur SudOuest.com" width="100" height="812" /></td> </tr> </table> </body> </html>